Morvandiau

  • Juin 2005. Un diagnostic est enfin posé : sa mère souffre de démence fronto-temporale précoce, affection cousine de la maladie d'Alzheimer. Septembre 2005. Son fils Emile naît prématurément. Il est atteint de trisomie. A quelques mois d'intervalle, Morvandiau doit faire le deuil de la mère qu'il a connue et de l'enfant qu'il avait attendu. C'est l'occasion pour lui de revenir, avec pudeur et poésie, sur l'histoire de sa famille et plus particulièrement celle de sa mère, femme très pieuse au fort caractère, alliant conformisme et fantaisie.
    C'est aussi le récit du difficile apprentissage de la vie auprès d'un enfant handicapé, du regard porté par les autres, de la jungle administrative qu'il doit affronter. A travers le regard tantôt amusé, tantôt agacé qu'il porte sur les incongruités de la différence et ce qui l'entoure, Morvandiau évoque avec tendresse l'intensité des émotions d'un père et d'un fils face à la maladie, et finalement, le bonheur d'être en vie.

  • D'Algérie

    Morvandiau

    « Quel rapport entre mon père et Jean, le frère missionnaire de ma mère ? » Le premier est né en Algérie en 1937, le second y est mort en 1994. Dans D'Algérie, l'autobiographie et l'histoire familiale croisent l'Histoire avec un grand H, celle de la colonisation, de la guerre d'indépendance et des rapports contemporains toujours singuliers entre la France et l'Algérie. Morvandiau délaisse ici le registre humoristique pour se lancer dans une (en)quête personnelle en bande dessinée, questionnant ses origines mais aussi les conditions d'élaboration du récit lui-même.
    Cette nouvelle édition chez le Monte-en-l'air, dont la maquette est conçue par Sébastien Lumineau, comporte une préface inédite en bande dessinée de Morvandiau. Il y revient sur les évènements qui, depuis 12 ans, ont résonné avec sa vie professionnelle et familiale et ponctué la vie des deux côtés de la Méditerranée : attentat de Charlie Hebdo et durcissement sécuritaire en France depuis 2015, béatification des religieux catholiques assassinés lors de la décennie noire - parmi lesquels son oncle Jean - à Oran en 2018 et manifestations sociales et politiques toujours actuellement en cours en Algérie.

  • Le commercial va mal. Le commercial est alcoolique. Le commercial est une loque. Le commercial est au fond du trou. Son jeune et hardi stagiaire tente de faire face seul aux embûches qui parsèment le chemin du VRP en brouettes. Il y croit, il en veut, il se bat. C'est sans compter la redoutable concurrence qui s'annonce : un pugnace et imaginatif vendeur le précède dans les étages et le porte-à-porte. Lequel saura le premier gagner le coeur des ménagères ? Qui des deux l'emportera ? Le stagiaire saura-t-il sortir son vieux maître de la fange et de l'ombre, où il moisit comme un melon trop mûr, pour mener à bien son dernier combat ?

    Après Mémoires d'un commercial (nominé pour le meilleur scénario à Angoulême 2004), le pochtron favori de Morvandiau, créé dans les pages du journal Ferraille en 1996, revient dans les cordes impitoyables du capitalisme mondialisé. Comme dans la quête initiatique du premier opus, Les Affaires reprennent mélangent allègrement lois supposées du marketing, poésie éthylique, humour de comptoir et suspens insoutenable. Mais ici les protagonistes ne s'affrontent pas qu'au travers du délire existentialo-pragmatique d'un chef des ventes à la dérive. La réalité de la concurrence est là, tangible, dure, incontournable. Certes, le vieux fauve a un coup dans l'aile, il est comique, pathétique, idiot, ordurier et agressif. Mais un commercial qui cite Pessoa ou Desnos n'est pas totalement perdu. En tous cas, pas pour tout le monde.

    Sur commande
  • Rappeler de manière muette mais agitée que Molière n'était pas la moitié d'un con, tel est le
    challenge que s'est fixé Morvandiau dans ce bouillant hommage rimant avec vibrant potage au fromage.

  • Avant de passer à la vente d'armes et aux biotechnologies appli-quées au génome humain, la Marwanny Corporation poursuit sa politique de diversification en lançant la branche Marwanny Comix, dont l'orientation est résolument politique. Dans Mon Programme pour la France, Morvandiau propose un programme politique à l'humour absurde, déconstruisant par le non-sens la langue de bois omniprésente dans les discours de nos éternels élus. Dans la droite lignée de ses travaux pour Marianne, de son Morvandiau Cherche comment arrêter de mourir ou de ses Mémoires d'un commercial en termes d'humour, ce livre creuse aussi l'élégant sillon dévelop-pé par l'auteur dans D'Algérie au niveau du dessin.
    Un programme politique ambitieux pour une France qui gagne, élégamment illustré, pour une meilleure compréhension des enjeux nationaux de la part de nos concitoyens ! 40 propositions incontournables pour relever le pays !

  • «Mais Maître... Comment vendre des brouettes ?» C'est à la grande époque qu'il vendit ses premières brouettes, alors que les voix de la réussite souriaient aux honnêtes commerciaux virils. Que de chemins parcourus depuis...
    Construit sous une forme débridée du récit initiatique, Mémoires d'un commercial dresse le portrait caustique d'un représentant alcoolique qui se fait un devoir d'instruire un jeune stagiaire aux conversations de comptoir. A travers ce personnage, hilarant tant il est pathétique, Morvandiau intégre ingénieusement, sous le couvert d'un humour rigoureux et d'une mise en scène parfaitement maîtrisée, une vision évidente de ce que sont certains aspects de nos modes de consommations. Un livre dont l'humour est délectable à tous les niveaux...

  • " Daniel Balavoine devait réaliser ce projet, mais ils l'ont éliminé pour avoir poussé trop loin ses investigations. Je n'ai donc repris ce travail que pour une histoire de gros sous. " Voilà comment, le visage et la voix cryptés, Morvandiau dévoile la vérité sur la parution de son premier album.

  • Ah, Neandertal !
    Ses animaux de mauvaise volonté, son vin de palme et sa chasse à la sagaie ! L'homme avait toute l'évolution devant lui, c'était le bon vieux temps...
    Pour notre plus grand plaisir, l'inépuisable Yann Fastier nous entraîne dans une Préhistoire revisitée avec vingt courtes chroniques bourrées de problèmes existentiels et de joyeux anachronismes.
    Les illustrations, drôles et inattendues, sont signées Morvandiau, auteur émérite de bande dessinée alternative et nominé dans la sélection of. cielle du Festival International de Bande Dessinée 2011 d'Angoulême.


  • " hum ! chers lecteurs, bonjour.
    nous allons parler aujourd'hui du cid de monsieur corneille, magnifique pièce de théâtre. que dis-je ? ! un chef-d'oeuvre de la culture française ! j'en vois déjà qui soufflent et qui soupirent. n'ayez crainte, jeunes amis, car le texte original a été revu. il a été spécialement adapté pour vos esprits capricieux. nous avons simplifié le vocabulaire et l'intrigue. cette version est bien plus ergonomique ! et tout cela a été pensé avec, bien entendu, monsieur pierre corneille.
    n'est-ce pas pierre ? - ah bé, parfaitement ! ".

    Sur commande
  • Paul-Christian, l'informaticien coincé, est amoureux de Cassandra, le sosie de Lady Di. Celle-ci, c'est terrible, est victime d'accidents de voiture à répétition. Tandis que Freddy, l'agité gauchiste ami de Paul-Christian, dénonce avec constance les turpitudes du système, Carmen, l'amie de Cassandra, est follement éprise de Rodrigo. Ce salaud la trompe sans vergogne avec Mathilda. Le boss de Carmen, lui, Peter Mc Guillan, n'est plus le même depuis la mort de sa femme. Il est en conflit avec Ashley, son adolescente de fille. Il faut dire que cette dernière fréquente Pedro, un jeune portoricain aux revenus limités. Quand Bronson, le flic revenu du Vietnam, déboule dans cette histoire, c'est bien sûr pour mener l'enquête avec ses poings...

    Santa Riviera est une saga en 8 épisodes, un feuilleton sentimentalo-parodique qui doit beaucoup aux séries télé policières et à l'eau de rose mais aussi à La conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole, à la Little Annie Fanny de Play Boy et au goût prononcé des auteurs pour Goossens et les Monty Pythons.
    Comme dans tout soap télévisé qui se respecte, les personnages sont nombreux, les confidences et les intrigues multiples. Galerie de portraits où les crétins et les vaniteux défendent chèrement leur place face aux idiots et aux égocentriques.



    A destination des ménagères de plus de 50 ans, le tout est rythmé par quelques publicités pour LA médaille miraculeuse Alain Minc et LA méthode encyclopédique Albicultureplus qui va changer votre vie .

  • Grande peur du petit blanc (le) Nouv.

  • 2wbox set c

    ,

    Grand format N.C.
    Livre étranger - Contacter votre libraire
    Épuisé
empty