Presses Universitaires Du Septentrion

  • En mai 1920, à l'occasion de la tenue à Lille d'une Exposition internationale pour la renaissance des régions libérées, Georges Lyon, recteur de l'académie de Lille demande aux enseignants de répondre à un questionnaire, à leurs élèves de rédiger une composition française sur le thème de leurs souvenirs de la guerre et de faire le récit d'un épisode dramatique dont ils auraient été le témoin ou l'acteur. Ce sont les 152 compositions produites par les élèves des six arrondissements du département du Nord aux deux tiers occupés par les Allemands qui sont ici publiés. Conservées dans les fonds de La Contemporaine (Nanterre), elles n'ont jamais été exploitées systématiquement faute d'une publication, accompagnée d'un appareil critique.
    Témoignages directs d'enfants pour certains, d'adolescents pour d'autres, elles ne sont pas une vision de la Première Guerre mondiale « par le petit bout de la lorgnette ». Elles rassemblent les souvenirs de jeunes témoins qui ont connu la mobilisation de membres de leurs familles. Le choc de l'invasion allemande avec ses pillages et ses exactions, le froid, la faim, les représailles les bombardements aériens... C'est ce qui fait de ces textes des documents attachants et surtout précieux pour saisir l'expérience de la guerre par de jeunes enfants. En même temps, ils mettent en lumière le rôle de l'École dans la construction de la mémoire de la Première Guerre Mondiale.En mai 1920, à l'occasion de la tenue à Lille d'une Exposition internationale pour la renaissance des régions libérées, Georges Lyon, recteur de l'académie de Lille demande aux enseignants de répondre à un questionnaire, à leurs élèves de rédiger une composition française sur le thème de leurs souvenirs de la guerre et de faire le récit d'un épisode dramatique dont ils auraient été le témoin ou l'acteur. Ce sont les 152 compositions produites par les élèves des six arrondissements du département du Nord aux deux tiers occupés par les Allemands qui sont ici publiés. Conservées dans les fonds de La Contemporaine (Nanterre), elles n'ont jamais été exploitées systématiquement faute d'une publication, accompagnée d'un appareil critique.
    Témoignages directs d'enfants pour certains, d'adolescents pour d'autres, elles ne sont pas une vision de la Première Guerre mondiale « par le petit bout de la lorgnette ». Elles rassemblent les souvenirs de jeunes témoins qui ont connu la mobilisation de membres de leurs familles. Le choc de l'invasion allemande avec ses pillages et ses exactions, le froid, la faim, les représailles les bombardements aériens... C'est ce qui fait de ces textes des documents attachants et surtout précieux pour saisir l'expérience de la guerre par de jeunes enfants. En même temps, ils mettent en lumière le rôle de l'École dans la construction de la mémoire de la Première Guerre Mondiale.

    Sur commande
  • Aux confins septentrionaux de l'Empire romain se trouve, selon Virgile (L'Enéide VIII, 727), la terre des extremi hominum Morini, « les hommes qui habitent l'extrémité du monde connu ». Si cette formule a connu une prospérité certaine, l'archéologie donne aujourd'hui à ce territoire un tout autre visage, celui d'une terre de rencontre et d'échanges, au carrefour des voies terrestres et maritimes qui relient la Bretagne romaine (Grande-Bretagne actuelle) au continent. Ainsi la ville antique de Boulogne est le carrefour de la circulation des marchandises et des hommes entre les deux rives du détroit, lieu privilégié pour appréhender les échanges entre le continent, l'espace méditerranéen, l'espace rhénan et la province de Britannia. Rassemblées dans ce volume, les contributions de la table-ronde « Gesoriacum-Bononia, entre terre et mer », qui s'est tenue à Boulogne-sur-Mer, les 24 et 25 septembre 2015 dressent un état des lieux des connaissances sur le rôle du port antique de Boulogne-sur-Mer et de ses liens avec son arrière-pays.

    Sur commande
  • Édifice religieux monumental, la cathédrale représente un symbole spirituel, patrimonial, culturel et politique. C'est pourquoi elle est confrontée, en temps de guerre, aux effets et à la violence de celle-ci : sa taille la désigne comme un objectif repérable de loin ; sa fonction religieuse en fait un symbole pour rassembler la population ; elle peut susciter au contraire une volonté de destruction, notamment iconoclaste, de la part de l'adversaire ; les cérémonies qui s'y déroulent pendant ou après les conflits implorent la protection divine, demandent la victoire, honorent les morts. Les enjeux politiques se mêlent aux dimensions spirituelles pour élever certaines cathédrales en symboles nationaux. Enfin, l'édifice est un lieu de mémoire des guerres, par ses cicatrices, ses mémoriaux, ses cérémonies du souvenir, voire de réconciliation. La situation des cathédrales en Europe occidentale des guerres de Religion jusqu'à nos jours - une période marquée par de nombreux et amples conflits - en témoigne.

    Sur commande
  • L'art de l'argumentation ne cède pas ses droits en situation de guerre. Au contraire, la préparation des conflits, la conduite des opérations et la reconstruction de la paix sont d'intenses moments de persuasion, de négociation et de confrontation dans lesquels l'art oratoire occupe toute sa place. Fruit d'une collaboration active entre historiens et juristes, cet ouvrage propose, au travers d'un parcours s'étendant de la guerre antique aux conflits contemporains, une réflexion riche, passionnante et novatrice sur les usages et les fonctions du discours en situation de conflit armé. Il nous transporte des plaines du Péloponnèse et de l'Italie romaine au Tribunal international, en passant par les guerres d'Attila et des ducs de Bourgogne, par les conflits religieux et de la monarchie absolue des temps modernes, ou encore par les guerres de sécessions et les deux conflits mondiaux. S'y découvrent alors les modalités et les enjeux de la parole en guerre, qu'il s'agisse de justifier ou de contester l'engagement, la violence ou les buts de guerres ; de convaincre les autorités politiques et l'opinion publique d'entrer dans le conflit ou les combattants de sacrifier leur vie ; ou encore d'implorer le pardon et de réparer des exactions, mais aussi de s'emparer de la gloire d'une victoire ou de repousser la honte d'une défaite.

    Sur commande
  • L'analyse de la vie publique d'Édouard Herriot (1905-1957) continue à être porteuse d'éclairages historiques multiples tant pour Lyon que pour la France et les relations internationales.
    En effet, pendant plus de 50 ans, Herriot a été maire de Lyon, député, ministre, président du parti radical et aussi de la Chambre des députés. Cette vie publique traverse toute la première moitié du XXe siècle, période riche en événements politiques majeurs : la Grande Guerre, la création du Parti communiste, le Cartel des Gauches, la question des dettes et des réparations, le Front populaire, Vichy et l'Occupation, la Libération, la IVe République, la CECA...
    Ce républicain, défenseur du régime parlementaire, est à la fois un édile populaire à Lyon, un humaniste confronté à la dureté des temps, un radical dépassé sur sa Gauche par la SFIO et le PCF et enfin un Européen méfiant vis-à-vis de l'Allemagne et naïf vis-à-vis de l'URSS.

    Sur commande
  • Les États-Unis représentent aujourd'hui environ 5 % de la population mondiale mais emprisonnent à eux seuls près de 25 % de tous les détenus au monde. Pour une nation qui a toujours érigé la liberté au coeur de son système de valeurs, en venir à afficher le plus fort taux d'incarcération de la planète soulève bien des interrogations.
    En adoptant une approche à la fois politique, sociologique, historique et culturelle, cet ouvrage offre une analyse rigoureuse mais claire et accessible d'un phénomène encore méconnu et mal compris. En s'appuyant sur de nombreux travaux de recherche, l'auteur apporte ici les clefs de compréhension de l'exception américaine et dresse un bilan de cette grande expérimentation aux conséquences inattendues.
    Cette étude est riche d'enseignements pour tous ceux qui s'intéressent aux politiques de lutte contre la criminalité mais révèle aussi beaucoup sur le fonctionnement de la société américaine et les défis auxquels elle se trouve aujourd'hui confrontée.

    Sur commande
  • La structuration des activités juridiques et médicales en Europe depuis le XVIIIe siècle a été jusqu'ici trop peu étudiée de manière conjointe, sous l'angle de leur professionnalisation et de leur inscription territoriale.
    L'ouvrage résulte d'une collaboration pluridisciplinaire entre historiens, sociologues et juristes. Après avoir présenté la notion de professionnalisation, dans ses dimensions historiographique et sociologique, les contributions analysent les modalités, les rythmes et les limites de la structuration de métiers liés au droit, à la médecine et à l'ordre public dans l'aire continentale ouest-européenne marquée par la tradition romaine (France, Espagne, Italie, Belgique, Allemagne). De manière originale, les professions libérales au sens strict sont rapprochées d'autres métiers d'ordre public (juges, policiers, gardes champêtres...).

    Sur commande
  • Ce livre présente une analyse synthétique des bâtiments et des techniques de production consacrés à la laine à travers l'Europe, ainsi que desmonographies sommaires de l'histoire de grands centres lainiers européens.
    Il fait bien entendu la part belle à Roubaix et à Tourcoing qui, malgré destructions et dénaturations, conservent de très riches témoignages de cette activité, qu'il s'agisse de paysages urbains, d'usines, de machines, d'habitat patronal et ouvrier. Il accompagne l'exposition Roubaix-Tourcoing et les villes lainières d'Europe dont l'ambition est de répondre à l'intérêt croissant pour le patrimoine industriel, de faire découvrir plus spécifiquement la diversité du patrimoine lainier du Vieux Continent et d'inciter à sa préservation.
    Cette exposition a déjà été présentée dans plusieurs grands centres lainiers, à Schio, Valdagno et Biella en Italie, à Eupen et Verviers en Belgique, à Sedan et Louviers en France.

    Sur commande
  • Le monde change. Les armées se transforment et doivent s'adapter à ce nouvel environnement. Les chercheurs et les professionnels réunis dans cet ouvrage, dans le cadre des travaux du réseau Sociologie du militaire de l'Association Française de Sociologie (AFS), analysent les armées d'aujourd'hui dans leur rapport à l'environnement social et politique et dans leurs évolutions internes. Le rapport au politique, l'influence des militaires, la responsabilité sociale et environnementale ou encore les opérations de maintien de la paix sont abordés dans la première partie. L'engagement chez les sapeurs-pompiers et les ingénieurs militaires, la formation universitaire des officiers et la réussite à Saint-Cyr sont l'objet de la seconde partie. L'originalité de l'ouvrage est aussi de donner la parole à des militaires sociologues de la marine nationale. Ils complètent cet ouvrage en apportant un regard sur la sociologie militaire, étayé par le directeur scientifique de l'IRSEM.

    Sur commande
  • Un dossier consacré à des oeuvres généralement exclues des corpus des spécialistes d'histoire de l'historiographie de la mémoire mais qui ont connu un succès important en librairie. Leurs auteurs contribuent ainsi à l'élaboration de la mémoire des conflits du XXe siècle.

    Sur commande
  • Prisonnière à Rouen, puis la mort horrible de celle qu'il servit avec passion. Cette vision de la pureté assassinée lui demeura incompréhensible et détermina sa descente en enfer, car l'orgueil exige des réponses. Gilles de Rais voulut soumettre le Ciel comme les villes dont il s'emparait et ne vit pas la nuit tomber sur lui.
    Le Diable et la Pucelle occupe une place à part dans l'?uvre de l'auteur classé volontiers parmi les Réalistes magiques. Au fil d'une ?uvre vaste et diverse, son intérêt constant pour le merveilleux s'avère être le masque d'une interrogation inquiète et engagée du réel.
    Qu'il s'agisse d'une Flandre parfois oublieuse ou de la modernité, l'humaniste H. Lampo n'est jamais aussi près de l'homme que lorsqu'il en sonde l'imaginaire, surtout lorsque l'histoire lui donne l'occasion d'en explorer les plus noirs recoins.

    Sur commande
  • Constitution d'associations cultuelles, le patrimoine religieux français est en péril. L'antidreyfusard du tournant du siècle dépasse ici ses engagements antérieurs et le seul combat clérical. Avec des hommes politiques de différents bords, des artistes, des critiques et des historiens de l'art, il oeuvre à une prise de conscience de l'opinion publique et à un amendement de la loi.
    N'excluant aucun des divers héritages qui ont façonné l'histoire de la France, Barrès considère les édifices religieux d'abord comme un " trésor national " qui constitue " la belle chaîne de l'art français " et doit, à ce titre, être préservé. C'est pourquoi il propose le classement global de toutes les églises, y compris les modestes églises de village, bâties avant 1800. Au musée, institution qui, selon lui, déracine, il préfère le patrimoine agissant in situ, qui incarne de manière concrète et immédiate la continuité historique de la nation et permet une adhésion de sentiment.
    La grande pitié des églises de France, texte hybride et original, fait de débats parlementaires, dialogues, lettres ouvertes, articles, méditations métaphysiques, est le journal d'une campagne réussie qui a contribué au vote de la loi de 1913 sur les monuments historiques. Oeuvre souvent citée et pourtant mal connue, elle marque la naissance d'une conscience patrimoniale nouvelle.

    Sur commande
  • De 1568, année de son mariage à l'âge de 24 ans, jusqu'à son décès en 1626, soit 57 années durant sans la moindre interruption, le maître-charpentier rémois jehan pussot tient un journalier, d'abord pour lui-même et son entourage immédiat, puis dans l'espoir avoué d'instruire les générations futures.
    Son écriture, simple et directe, pudique et parfois ironique, mais jamais dénuée de bon sens, se densifie au fil des ans pour refléter l'élargissement constant des centres d'intérêt de notre artisan. ainsi à la chronique initiale des événements familiaux et des conjonctures saisonnières, pussot ajoute très tôt l'observation du cortège sans fin des troubles politico-religieux qui frappent la france et le pays rémois au dernier tiers du xvie siècle.
    A la compassion pour ses contemporains, à l'occasion des tensions ligueuses particulièrement vives dans une cité toute acquise aux guise, succède le soulagement apporté par la pacification générale de 1598. dès lors, l'homme de métier et possesseur de vignes goûte les bienfaits de la gestion prospère des affaires, le fervent catholique se fait le témoin vigilant de la marche triomphale du catholicisme réformé, notamment de ses expériences liturgiques et musicales.
    Le fidèle sujet du royaume se réjouit de la réconciliation survenue entre les premiers bourbons, la noblesse catholique et sa cité des sacres, redevenue l'ornement visible de la monarchie. lorsque enfin les dernières années se présentent, emporté par une vague nostalgique de souvenirs personnels, il ouvre une fenêtre mémorielle passionnante sur ses vertes années.

    Sur commande
  • Michel Debré, maître d'oeuvre de la Constitution de la Ve République, premier chef de Gouvernement du général de Gaulle, a également été député de l'île de la Réunion de 1963 à 1988.
    Qu'allait donc faire un homme de cette stature à l'autre bout du monde ? Pourquoi s'est-il attaché à cette parcelle de territoire français au point d'y consacrer un quart de siècle de combat politique ? En quoi ce combat offre-t-il des points d'observation privilégiés de l'histoire de la IV et de la Ve République ? A partir de sa thèse soutenue à l'IEP de Paris en 2002, Gilles Gauvin apporte des réponses grâce à une approche centrée sur les grands enjeux soulevés par la députation de Michel Debré : la nation, la République et la démocratie.
    Cette étude, qui identifie les problématiques majeures de l'histoire de la Réunion depuis 1946, a été réalisée à partir de nombreux fonds d'archives inédits, en particulier le fonds Réunion des Archives Michel Debré conservé au Centre d'Histoire de Sciences Politiques.

    Sur commande
  • Un homme peut-il, à lui seul, influencer le développement d´une région? Certes non, mais Hubert Biermans fait partie de ces personnes à qui l´on doit l´essor de la ville de Shawinigan au Québec. En qualité de directeur de la Belgo, une usine à papier financée par des capitaux belges, il a joué un rôle qui fut reconnu comme déterminant dès son vivant. Lorsqu´il arrive dans cette ville en 1900, il a déjà derrière lui une expérience qu´il a acquise en Europe et en Afrique. On le compte parmi les pionniers de la première liaison ferroviaire au Congo. Né aux Pays-Bas, H. Biermans avait fait ses premières armes sous les ordres d´un entrepreneur belge. Il a trente-cinq ans quand il débarque à Shawinigan, chargé par la Banque d´Outre-Mer de Bruxelles de liquider une affaire qui s´avère non profitable. Or, contre toute attente, il décide d´aller de l´avant. Il construit l´usine de pâte à papier: c´est la décision qui modifiera sa vie. Placé à la tête de la "Belgo", H. Biermans contribuera à l´essor de la ville. Les témoins de cette époque se souviendront toujours de ces années de prospérité. Plusieurs associeront le nom de ce chef d´entreprise au bonheur de leur existence. Grâce à des qualités exceptionnelles, il accumule une fortune dont il redistribue déjà une partie. Dresser la liste des personnes ou des oeuvres qui bénéficièrent de ses largesses est une tâche impossible. Mentionnons, à titre d´exemple, l´édifice de la Fondation Biermans-Lapôtre érigé à Paris et qui témoigne de la participation de sa femme au bien être des étudiants au lendemain de la Grande Guerre. Lorsque, à l´âge de soixante ans, il décide de quitter la "Belgo" et de se retirer en Europe, il laisse à Shawinigan le souvenir d´un patron énergique et charitable. Installé à Paris mais vivant aussi à Monte Carlo, il mènera une vie de millionnaire tout en restant attentif aux affaires. Voyageur infatigable, il reviendra chaque année au Québec. Lorsqu´il meurt, en 1953, il lègue la majorité de sa fortune à des oeuvres, à des institutions et à des universités du Québec.

  • L'étude du sel à travers les siècles depuis les temps anciens est faite par une approche pluridisciplinaire, où l'homme est face au sel pour sa santé, pour les croyances qui y sont liées et pour les richesses qu'il semble lui procurer. Le sel est un minéral indispensable à la vie et à la santé de l'homme et des animaux, il peut être curatif, mais trop de sel peut nuire. Ses propriétés multiples sont rapportées dans divers récits et ont engendré des légendes. Sa symbolique est forte, de la statue de sel du récit biblique au sel versé sur le sol de Carthage, mais parfois difficile à interpréter. De sa valeur, des échanges qu'il a suscités, le sel est produit, commercialisé et soumis à des taxes dès l'Antiquité ou à l'époque moderne, la célèbre gabelle : l'économie du sel rapporte, mais à qui ? Aux États ? Aux villes ? Aux familles ? Autant de pistes de réflexion que nous abordons dans ce livre qui ne manque pas de sel.

    Sur commande
  • Gandhi est une des figures politiques les plus marquantes du xxe siècle.
    Alors que sa vie n'a cessé d'alimenter de nombreuses controverses, celles-ci semblent souvent s'être évaporées sous la plume de ses biographes succombant aisément à l'hagiographie. le présent ouvrage, qui se veut à la fois synthétique et critique, analyse la vie, la pensée et l'oeuvre de gandhi. dans une première partie, les étapes marquantes de sa vie seront retracées en mettant en exergue la force, mais aussi les ambiguïtés de ses actions.
    La seconde partie se focalisera sur la pensée de gandhi : ses idées sur la religion, la politique, l'action sociale, la caste, la non-violence, les femmes et la sexualité seront examinées parmi d'autres. c'est un gandhi à la fois plus humain et plus complexe qui se révélera au cours de ces pages ; loin d'être tarie, sa pensée ne se laisse pas enfermer dans des formules insipides et elle continuera d'influencer de nombreuses personnalités pour longtemps encore.

    Sur commande
  • Quand, en 1894, le peintre Rémy Cooghe brosse son portrait, Jules Émile Scrive est âgé de 57 ans. Il exprime une bonhomie certaine que n'altère en rien le port altier de l'honnête homme sûr de son fait. On peine cependant à imaginer là une âme inquiète où le sentiment d'une honorabilité légitime s'accommode mal des tracas du quotidien et des interrogations sur le sens de l'existence. C'est pourtant ce que disent ses carnets, rédigés d'une écriture fine et serrée sur des pages pré-datées, finement quadrillées.
    Treize années durant, entre 1879 et 1891, cet industriel malgré lui, héritier d'une prestigieuse dynastie de l'histoire du textile lillois, y consigne tout ce qui, à ses yeux, mérite d'être retenu, depuis les petits riens de la vie, les couleurs et les saveurs de l'ordinaire jusqu'aux considérations sur le sens du temps qui passe, les mystères de la foi ou bien encore les soucis d'un fabricant de toiles aux prises avec une conjoncture morose. En nous faisant part des infinies facettes de son existence, ce notable se déplie ainsi sans risque, à l'abri du monde, pour produire une trace qui devient récit de vie.
    Si l'expérience transmise ici par l'un des « Maîtres du Nord » est par essence unique, ce n'est cependant pas au point d'interdire l'accès à l'universel par le singulier. Tout lecteur fera donc son miel d'un journal personnel qui, en relevant du for privé, constitue un observatoire privilégié quand il s'agit de restituer des manières d'être, de vivre et de penser d'un représentant de la bourgeoisie industrielle des dernières décennies du XIXe siècle.

    Sur commande
  • Depuis les origines du christianisme, des femmes ont vécu une vie consacrée en dehors des ordres monastiques, suivant une voie personnelle et servant l'Église de diverses façons.

    Les Dames chanoinesses dans les Anciens Pays-Bas présentent des caractéristiques particulières tant par leurs origines, leur mode de vie et leur implantation. Cette particularité s'inscrit dans un certain archaïsme qui a traversé les siècles jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. Leur attachement au culte d'un saint fondateur a constitué un facteur de rayonnement parfois en conflit avec d'autres ordres religieux ou avec les institutions cléricales. Violemment critiquées par le clergé, leur insertion sociale et leurs oeuvres charitables en ont fait un facteur social stable, souvent apprécié des populations. Elles furent aussi force de pouvoir et susceptibles de promotion politique. Leur survivance séculaire jusqu'en 1790 reste étonnante.

    Contributeurs Laurence Baudoux-Rousseau - Franck Béthouart - Nicole Cartier - Isabelle Clauzel - Raphaël Coipel - Julie Colaye - Bernard Delmaire - Gilles Deregnaucourt - Philippe Desmette - François DeVriendt - Alexis Donetzkoff - Céline Drèze - Jean-François Goudesenne - Jean Heudin - Christophe Leduc - Elisabeth Magnou-Nortier - Christine Mazella-Leriche - LudoMilis - Philippe Racinet - Michel Rouche - Dominigue Vanwijnsberghe.

    Sur commande
  • Ce dossier se propose de jeter un éclairage nouveau sur le concept complexe de Stunde Null (« heure zéro ») qui a fait florès dans les pays germaniques, plus particulièrement en et Allemagne. Si ses défenseurs en soulignent la concision, la clarté (distinction entre « avant » et « après ») et la pertinence (changement du cadre politique et économique), ses adversaires lui reprochent au contraire un côté réducteur (impasse sur le passé) et euphémistique (remise des compteurs à zéro comme exercice de purification illusoire). La notion se décline à la fois sur le plan historique, culturel et social. Elle est étudiée dans ce dossier pour la période d'après 1945 en Allemagne mais aussi après 1990 (réunification).

    Sur commande
empty