La débacle
 / 

Résumé

Du 10 juin 1940, quand le gouvernement s'enfuit de Paris, au 17, où Pétain annonce la demande d'armistice, huit jours qui ont défait la France. « Le niveau d'essence dans le réservoir baissait dangereusement. Mme Perret se plaignait en permanence, se disputait avec Bernard qui voulait lui prendre la carte. À l'horizon en face de la colonne montaient de grandes lueurs orangées : un bombardement ? des dépôts de carburant en flammes ? Exténuée, sentant le mal au coeur revenir, gênée dans ses vêtements moites de transpiration, sa combinaison trop serrée, Jacqueline a fini par s'endormir, la tête sur l'épaule de la domestique et le chien sur ses genoux, bercée par les grincements d'essieux, les hennissements et le claquement des sabots, et un choeur de filles qui, quelque part derrière, chantaient du Tino Rossi... » Jetés sur les routes de l'exode, une famille de grands bourgeois, un soldat, un avocat fasciste, une femme seule et beaucoup d'autres, dans une vaste chasse à courre à l'échelle d'un pays où nul ne sait encore qui sonnera l'hallali. Avec La Débâcle, tout à la fois fresque au vitriol, road-trip hyperréaliste, chronique d'une débandade et récit initiatique, Romain Slocombe ajoute une pièce maîtresse à son grand roman noir national.

Avis des internautes

Avis général

(Sur 1 avis client(s))

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782221218860
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 518 Pages
  • Longueur 22 cm
  • Largeur 14 cm
  • Épaisseur 5 cm
  • Poids 565 g
  • Distributeur Interforum

Série : Non précisée

Rayon(s) : Littérature générale > Romans & Nouvelles

Romain Slocombe

Photographe, cinéaste, peintre, illustrateur, traducteur et écrivain, Romain Slocombe réconcilie depuis plus de trente-cinq ans le roman noir, l'avant-garde artistique et l'univers underground de la contre-culture américaine et japonaise. Son intérêt pour la question de la violence, y compris sous la forme ultime de la torture, dans le cadre intime ou historique, a ceci d'unique qu'elle ne sombre jamais dans la morbidité. C'est avec une sérénité parfaite et un humour élégant, très british, que Romain Slocombe aime aborder des sujets graves en créant des univers minutieusement extraits de son imagination sans limite. Il s'offre le paradoxe d'une écriture documentée et de sujets très contemporains, notamment ceux de la fascination du féminin, du rapport entre image et écrit, de la proximité de la civilisation occidentale ou japonaise et du monstrueux. Sa tétralogie La Crucifixion en jaune, publiée chez Gallimard, a rencontré un grand succès critique et public, et les expositions de ses ½uvres photographiques l'ont fait connaître dans le monde entier. Auteur de polars accompli (Envoyez la fracture, Mortelle résidence) et spécialiste incontesté de l'imagerie japonaise, sa longue collaboration avec Roland Jaccard (culminant avec Sugar Babies et Suite viennoise) a mis en lumière sa singularité dans le panorama littéraire français. Éclectique savant dans une époque qui ne connaît que les dilettantes zappeurs, il peut fièrement revendiquer ses héritages, de Topor à Huysmans en passant par Chesterton ou Jack O'Connell. En quarante ans de travail, il s'est forgé une place à part dans les meilleures maisons d'édition françaises : Gallimard, Fayard, les Presses Universitaires de France.

empty